Grands axes de recherche

Neuroimmunoendocrinologie et signalisation cellulaire

Chercheurs actifs

Serge Rivest, Luc Vallières, Steve Lacroix, Nicolas Turin, Frédéric Calon, Thérèse DiPaolo, Charles Doillon, Christophe Garenc, Yohan Bossé, Marie Audette, Jean Gosselin, Jasna Kriz et Jean-Pierre Julien

Pour une meilleure compréhension des hormones et des autres messagers

Afin de mieux comprendre les mécanismes de signalisation cellulaire et dans l’optique de découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques, plusieurs chercheurs de cet axe étudient aussi le rôle des hormones et autres messagers chimiques et biochimiques extracellulaires, dans des interactions complexes entre différents systèmes physiologiques, dont les systèmes hormonaux, nerveux, immunitaires et vasculaires, incluant l’angiogénèse.

Notamment, ils cherchent à comprendre :

  1. le mécanisme d’action des cytokines et des glucocorticoïdes sur les cellules immunitaires et endothéliales du cerveau, de la moelle épinière et de la rétine;
  2. l’effet neuroprotecteur des stéroïdes sexuels;
  3. l’implication de facteurs de croissance dans la répartition tissulaire et l’angiogénèse;
  4. la façon dont communiquent les cellules tumorales du cerveau avec les macrophages, les lymphocytes et les vaisseaux sanguins;
  5. l’influence des oxystérols sur la signalisation intracellulaire dans les macrophages;
  6. le rôle de médiateurs lipidiques dans l’activation de la réponse immunitaire innée;
  7. l’influence des facteurs environnementaux dans la progression des maladies inflammatoires chroniques.

Des stratégies qui utilisent toutes les plateformes

Grâce à la disponibilité des plateformes de génomique, protéomique, d'imagerie, de cytofluorométrie et de transgénèse et autres services communs créés par les chercheurs du CREMOGH, les chercheurs de différents axes de recherche peuvent aborder et résoudre des questions complexes de recherche souvent en collaboration avec les membres intra-axes mais aussi avec les membres inter-axes. Une stratégie souvent utilisée par ces chercheurs est l’identification de gènes et de leurs produits impliqués dans la signalisation cellulaire par des techniques à la fine pointe de la génomique, de la protéomique et de l’imagerie. Les voies de signalisation ainsi identifiées sont ensuite testées et validées dans différents modèles in vitro et in vivo, tirant profit des approches de transgénèse.